Nos tutelles


   

   

nos reseaux sociaux


               

Rechercher




Accueil > Équipes > OPTique et IMAgerie > Imagerie photoacoustique

Microscopie de la vascularisation

publié le , mis à jour le

Olivier Jacquin, Olivier Hugon, Eric Lacot, Pierre Gasner, Sylvie Costrel, Mehdi Inglebert, Vadim Girardeau, Carolina Goloni

Nous utilisons la microscopie photoacoustique pour l’imagerie de la vascularisation. En microscopie photoacoustique, comme en microscopie optique conventionnelle, la résolution est donnée par la limite de diffraction optique. Ceci reste valable tant qu’il est possible de focaliser la lumière, donc en conséquence à une profondeur limitée à quelques centaines de µm dans les tissus biologiques, profondeur au delà de laquelle les effets de diffusion optique deviennent prédominants. L’intérêt principal de la microscopie photoacoustique à résolution optique (OR-PAM) est d’être spécifiquement sensible à l’absorption optique, par opposition à la rétro-diffusion par exemple qui est à la base du contraste en tomographie par cohérence optique, OCT. En particulier, alors que la microscopie de fluorescence nécessite l’injection d’agents de contrastes exogènes pour imager les tissus biologiques, la microscopie photoacoustique peut exploiter les absorbeurs endogènes des tissus biologiques tels les globules rouges. L’imagerie de vascularisation, qui repose sur la très forte absorption de la lumière visible par les globules rouges, est donc une application très importante de la microscopie photoacoustique.

Nous travaillons dans l’équipe à la fois sur des modèles de vascularisation à bases de canaux microfluidiques, ainsi que sur des expériences sur petit animal. Une des problématiques abordées est celle de la détection d’agrégats sanguins, avec pour objectif de surveiller la formation d’agrégats de globules rouges dans la circulation sanguine de façon non invasive, à travers la peau. Le sang est en effet un fluide complexe dont la composition et les caractéristiques physiques nous renseignent sur l’état de santé d’un patient. La rhéologie du sang peut être modifiée par le phénomène d’agrégation de globules rouges qui à l’origine de la coagulation lorsque le sang est au repos, mais qui peut également se produire dans la circulation à l’occasion de certaines pathologies. Des agrégats trop gros et trop nombreux peuvent provoquer des complications circulatoires entraînant un défaut de perfusion de certains tissus, risquant à terme leur nécrose. Leur surveillance est donc un enjeu important de santé pour les patients.