Nos tutelles


   

   

nos reseaux sociaux


               

Rechercher




Accueil > Recherche > Séminaires & Conférences > Séminaires au Laboratoire

Soutenances de Thèse/HDR

publié le , mis à jour le

Ci-dessous, la liste des soutenances de thèse se déroulant au LIPhy.

Les soutenances se déroulent (sauf mention contraire) dans la salle de conférence au deuxième étage. Les félicitations au jeune docteur se font en général dans la salle de lecture mitoyenne.

Les manuscrits des thèses soutenues peuvent être consultés/téléchargés en ligne.


Agenda

  • Lundi 1er octobre 14:00-16:00 -

    PhD - Côme Schnébelin

    Résumé : Analyse et génération de signaux dans les boucles optiques à décalage de fréquence - Analogie spatiale et nouveaux concepts d’auto-imagerie.


    Les techniques de génération et de traitement des signaux souffrent des limitations intrinsèques des systèmes électroniques : bande passante limitée, sensibilité aux interférences électromagnétiques, encombrement et coût. Au contraire, les systèmes optiques s’affranchissent naturellement de ces contraintes et sont potentiellement très attractifs pour la génération et le traitement des signaux. Au cours de cette thèse, nous avons étudié un système optique original utilisé pour la photonique micro-onde : les boucles à décalage de fréquence.
    Les propriétés temporelles de ces boucles présentent un parallèle frappant avec certaines propriétés de l’effet Talbot en optique spatiale. Cette dualité s’est révélée particulièrement riche au cours de ce travail, car elle nous a conduits à démontrer de nombreuses propriétés à la fois en optique temporelle dans les boucles à décalage de fréquence, mais aussi en optique spatiale dans des montages simples de diffraction.
    Nous avons ainsi mis en évidence la possibilité de calculer analogiquement la transformée de Fourier et la transformée de Fourier fractionnaire d’un signal arbitraire, avec une très bonne résolution spectrale. Ceci nous a permis de mesurer le taux de « chirp » d’un signal à modulation linéaire de fréquence, ou d’améliorer le rapport signal sur bruit de certains signaux. Nous avons également montré la possibilité de générer des trains d’impulsions avec un taux de répétition ajustable, et de faire de la mise en forme spectrale de haute résolution, en amplitude et en phase. Ce résultat permet de générer des signaux arbitraires optiques ou radiofréquences, avec des bandes passantes de plusieurs dizaines de GHz et des durées pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de ns.
    La richesse de la dualité entre l’optique spatiale et les boucles à décalage de fréquence nous a conduits à réinterpréter un certain nombre de propriétés de l’effet Talbot (formation des images, auto-réparation des images de Talbot) et à proposer des concepts nouveaux, tels que le contrôle des images de Talbot (période et taille) ou l’amplification d’image.
    Composition du jury :

    • Marc BRUNEL, professeur, institut Foton, université de Rennes 1
    • Kévin HEGGARTY, professeur, département d’optique, télécom Bretagne
    • Anne LOUCHET-CHAUVET, chargée de recherche, laboratoire Aimé-Cotton, université Paris sud
    • Pierre PELLAT-FINET, professeur, laboratoire de mathématique, université de Bretagne sud
    • Signe SEIDELIN, maitre de conférences, Institut Néel, université Grenoble Alpes


  • Jeudi 4 octobre 14:00-16:00 -

    PhD -Jules Guioth

    Résumé :

    Potentiels chimiques dans des systèmes stationnaires hors d’équilibre en contact : une approche par les grandes déviations


    Composition du jury :
    • M. Frédéric Van Wijland, Professeur des Universités, Université Paris Diderot — Rapporteur
    • M. Pascal Viot, Professeur des Universités, Sorbonne Université — Rapporteur
    • Mme. Leticia Cugliandolo, Professeure des Universités, Sorbonne Université — Examinatrice
    • M. Jean-Louis Barrat, Professeur des Universités, Université Grenoble Alpes — Examinateur
    • M. Christian Maes, Professeur des Université, Katholieke Universiteit Leuven — Examinateur
    • M. Gatien Verley, Maître de conférence, Université Paris-Sud — Examinateur


  • Mardi 16 octobre 14:00-16:00 -

    PhD - Alexis Coullomb

    Résumé : Développement de substrats actifs et d’une méthode d’analyse de FRET quantitative pour décoder la mécanotransduction


    Les cellules vivantes sont capables de réagir aux signaux mécaniques tels que la dureté de la surface, le flux de liquide environnant ou si elles se font étirer ou comprimer. Cela influe sur leur multiplication, leurs déplacement, leur différenciation et leur mort. La mécanotransduction est la traduction du signal mécanique en signal
    biochimique. Pour étudier ce phénomène nous avons développé les « substrats actifs » qui nous permettent de contrôler la stimulation mécanique des cellules et de mesurer leur réponse mécanique. Pour observer la réponse biochimique des cellules nous avons développé une technique d’analyse quantitative d’images de microscopie de fluorescence. Les signaux mesurés nous renseignent sur l’activité de protéines d’intérêt.
    Jury :

    • Nicolas BORGHI,
    • Marc TRAMIER,
    • Isabelle TARDIEUX,
    • Franck RIQUET,
    • Dominique BOURGEOIS


  • Mercredi 17 octobre 14:00-16:00 -

    PhD - Katharina Hennig

    Résumé :

    The mechanics of symmetry breaking in cell migration


    Abstract : Symmetry breaking in biology is at the origin of the appearance of functional shapes in multicellular assemblies. This process relies on the ability of single cells to perform directed migration and relatedly to establish a front-rear polarity. The initiation of cell migration, in absence of external cues, has been attributed to the capacity of the cytoskeleton to spontaneously polarize. However, how the linked generated forces evolve due to changes of the mechanical interaction of the cell with the substrate remains to be determined. We here report a uni-dimensional migration assay, mimicking in vivo fibrillar environment, compatible with high resolution force imaging. Synchronized measurements of both morphometric and mechanical parameters revealed a generic stick-slip behavior initiated by stochastic adhesion detachment on one side of the cell. Unexpectedly, this process can occur in absence of any pre-established polarity. A theoretical model is proposed that accurately describes this behavior. The relevance of stochastic stick-slip process is confirmed by the analysis of several cell types.


  • Lundi 22 octobre 14:00-16:00 -

    PhD - Tomas Andersen

    Résumé : Interrogation optogénétique du concept d’homéostasie de tension à l’échelle cellulaire
    The structural stability and mechanical integrity are key elements for the proper functioning and preservation of complex living systems. Being in constant interaction with their surroundings and subjected to external inputs, such systems need to be able to face changes in order to thrive. These inputs can affect the system both in a localized way or disturb it as a whole. Any perturbations that cannot be mechanically withstand by the living system will result in a crucial malfunctioning or, ultimately, in its death. The general mechanism responsible for maintaining the system’s physiological conditions at the proper state, despite environmental variations, is identified as homeostasis. More specifically, one of the processes known in mechanobiology to preserve the appropriate mechanical equilibrium of a living system is called tensional homeostasis.
    It is important to note that all of the above stated holds true both at the scale of collective behaviour of complex organisms, and all the way down to the single cell level. In fact, it is actually this last small scale which draws our interest. Cells face constant mechanical perturbations from their surrounding and are able to respond accordingly maintaining a relatively stable internal mechanical state. The existence of this internal tensional equilibrium relies on a very dynamic process with constant feedback loops between the internal biochemical contractile machinery and the external active generated forces.
    Our interest is to understand better this active mechanism by dynamically perturbing the tensional homeostatic system while studying its return to equilibrium.
    Jury composition :

    • Cecile Gauthier-Rouviere - reviewer
    • Atef Asnacios - reviewer
    • -* Hans Geiselmann - jury member
    • Matthieu Coppey - jury member
    • Manuel Thery - jury member
    • Emmanuelle Planus - Jury member


  • Lundi 29 octobre 14:00-16:00 -

    PhD- Benjamin Brunel

    Résumé :

    Mesure de la migration cellulaire dans des tissus non transparents, une application de la diffusion dynamique de la lumière




    Lorsqu’une tumeur grossit, elle exerce une pression sur les tissus environnants et est comprimée en retour. Cette pression semble avoir à la fois des effets bénéfiques (croissance réduite) et négatifs (cancer plus invasif). Pour mieux comprendre ce dernier effet, nous avons mesuré comment la pression affecte les déplacements des cellules dans les tumeurs. Pour cela, nous avons transposé une technique optique à la biologie : la diffusion dynamique de lumière. La tumeur est éclairée par un laser et diffuse une partie de la lumière qu’elle reçoit. En observant l’intensité diffusée au cours du temps, on déduit la vitesse moyenne des cellules. Nous avons ainsi montré qu’appliquer une pression à une tumeur réduit de moitié la vitesse cellulaire et que les cellules du centre de la tumeur sont plus lentes que celles en surface, responsables du comportement invasif. Nos résultats montrent enfin que les cellules ressentent la pression grâce à la matrice extracellulaire qu’elle fabriquent.
    Jury :
    • Luca CIPELLETTI, Professeur, Laboratoire Charles Coulomb
    • Valérie LOBJOIS, Maître de Conférences, Institut des Technologies Avancées en sciences du Vivant (ITAV)
    • Pierre NASSOY, Directeur de Recherche, Laboratoire Photonique, Numérique et Nanosciences (LP2N)
    • Eric LACOT, Directeur Adjoint du Laboratoire Interdisciplinaire de Physique (Liphy)


  • Mardi 13 novembre 14:00-17:00 -

    PhD - Thomas Combriat

    Résumé : Étude d’une assemblée de bulles microfluidiques excitées par une onde ultrasonore : transmission acoustique et phénomène de streaming


    De par leur importante compressibilité et leur fréquence de résonance extrêmement basse, les bulles sont des objets physiques particuliers du point de vue de l’acoustique et de la mécanique des fluides. En utilisant la technique de la microfluidique afin de créer des assemblées de bulles bi-dimensionnelles, que nous excitons acoustiquement, nous étudions à la fois leur influence sur une onde sonore et sur le fluide présent à leur voisinage.
    Les bulles étant des résonateurs sub-longueur d’onde, nous montrons qu’une assemblée de micro-bulles va interagir avec une onde sonore dont la longueur d’onde est bien plus importante que la taille des bulles individuelles. En proposant une méthode pour extraire la contribution des bulles au signal acoustique, nous montrons que leur résonance suit une loi légèrement modifiée par rapport à celle proposée par Minnaert pour des bulles sphériques.
    L’impact d’un tel milieu sur la transmission acoustique est également étudié et une baisse de la transmission acoustique est observée dans une gamme de fréquence située au delà de la fréquence de résonance. Cette baisse de la transmission peut être ajustée à la fois en fréquence et en amplitude ce qui fait de ce système un méta-matériau adaptable dont les caractéristiques peuvent être facilement ajustées.
    Du fait de cette réponse forte aux ondes acoustiques, la surface des bulles oscille fortement dans le fluide environnant. Cette oscillation, couplée à une interaction entre les bulles, va produire un effet de streaming qui est capable de mettre en mouvement stationnaire le fluide environnant à des vitesses relativement élevées. Des systèmes comportant différents nombres de bulles sont étudiés et une théorie permettant de prédire les écoulements qu’ils produisent est proposée.
    L’étude de l’interaction entre ces écoulements de streaming et un écoulement extérieur est également abordée et a permis de montrer qu’il est possible de façonner des zones d’exclusion dans le fluide, permettant de piéger des particules ou des espèces chimiques.


  • Lundi 3 décembre 14:00-17:00 -

    HDR - Aurélien Gourrier

  • Vendredi 14 décembre 14:00-16:00 -

    PhD - Romain BEY

    Résumé :

    Étude par modélisation moléculaire de la thermodynamique des interfaces et des lignes de contact en milieu confiné




    Dans cette thèse, nous utilisons des outils de simulation moléculaire pour caractériser les propriétés thermodynamiques de fluides confinés dans des matrices solides nanométriques. La modélisation des énergies capillaires à l’échelle moléculaire fait appel, en plus des pressions et des tensions de surface, à l’énergie libre de la ligne triple, la tension de ligne. Une nouvelle méthodologie s’appuyant sur les contraintes mécaniques est développée, permettant de mesurer l’énergie libre d’une interface liquide-gaz confinée et d’en extraire la tension de ligne. L’étude de fluides de Van der Waals, d’eau et de dioxyde de carbone au contact de différents solides confirme la pertinence du concept de tension de ligne jusqu’à des confinements de quelques diamètres moléculaires. Une adsorption de gaz dissouts spécifique à la ligne triple est observée, et son impact sur la tension de ligne modélisé. Les limites d’applicabilité de la méthode mécanique à une interface solide-fluide sont étudiées.
    In this thesis, we use molecular simulation tools to characterize the thermodynamic properties of fluids confined in nanometric solids. In addition to pressures and surface tensions, the modeling of capillarity at the molecular scale requires the consideration of the triple line free energy, the line tension. We develop a new methodology to measure the free energy of a confined liquid-gas interface and its line tension, based on the measurement of fluid mechanical stresses. Van der Waals fluids, water and carbon dioxide are simulated in contact with different solids, and the validity of the line tension concept is observed down to a few molecular diameters confinement. A specific adsorption of dissolved gasses at the triple line is observed, and its impact on the line tension is accounted for by a simple modeling. We assess the validity of the mechanical approach at different solid-fluid surfaces.
     
    Devant le jury composé de :
     
    • Christiane ALBA-SIMIONESCO - Examinatrice
    • Bruno ANDREOTTI - Rapporteur
    • Benjamin ROTENBERG - Rapporteur
    • Pierre-Etienne WOLF - Examinateur

    Notes de dernières minutes : La soutenance sera en français


Ajouter un événement iCal